Une ville sûre et tranquille

Assurer la tranquillité des Villeneuvois est une priorité constante pour notre équipe. Depuis plusieurs années, nous avons mis en place une politique de prévention et de médiation axée sur la proximité, renforcée ces derniers mois par une action volontariste pour apporter aux Villeneuvois une réponse concrète aux problèmes d'incivilité. Le recrutement d'un directeur de la Sécurité, de la Prévention et de la Tranquillité publiques contribue à la conduite de ce combat quotidien contre le sentiment d'insécurité dans une ville où la délinquance est maîtrisée, faible et peu violente, et qui affiche une baisse de 6 % en 2013 par rapport à 2012.
Nous nous sommes investis dans des actions concrètes et perceptibles en faveur de la sécurité et de la prévention. Les principales sont :

le renforcement de la présence humaine sur le terrain assurée par la Police municipale

  • développement des patrouilles, notamment en journée, sur le secteur du centre-ville ;
  • surveillance des dispositifs de sécurité des grands événements festifs ;
  • programme de formation des équipes entrepris depuis 2011 ;
  • renforcement de la collaboration avec la Police nationale, aboutissant à une meilleure coordination des services présents sur le terrain.

la vidéosurveillance 

  • 14 caméras installées en ville entre 2007 et 2010 (330 000 euros investis, subventionnés à hauteur de 50 %) dont 12 assurent une surveillance efficace et dissuasive dans les rues de la bastide ;
  • un centre de supervision urbaine tenu par 4 agents de surveillance reliés à 1 poste central au rez-de-chaussée de la mairie.

la mise en place d'un CLSPD (conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance)

Le CLSPD a pour but de favoriser la mobilisation des institutions et organismes publics et privés concernés par la lutte contre l'insécurité. Il est président par le maire. Le préfet et le procureur de la République, ou leurs représentants, en sont membres de droit. Au titre de la prévention de la délinquance, le CLSPD dresse le constat des actions de prévention existantes et définit des actions et objectifs coordonnés. Il suit l’exécution, les modalités d’engagement des services de l’État (notamment de la police nationale), et de la commune. Il encourage les initiatives en matière notamment de prévention, d’aide aux victimes, de mesures alternatives aux poursuites et à l’incarcération. Il participe à l’élaboration, à la mise en oeuvre, au suivi et à l’évaluation du contrat local de sécurité.

la mise en place du protocole de mis en oeuvre de la procédure de transaction

La transaction fait partie des dispositifs mis au service des maires par l’Etat (Conseil Interministériel de Prévention de la Délinquance) pour traiter, en amont, les problèmes d'incivilités. Elle permet de proposer une alternative à la comparution devant un Tribunal quand la faute est légère. Cette alternative consiste, soit à verser une réparation financière de compensation pour le bien dégradé, soit à effectuer un travail non rémunéré au bénéfice de la collectivité. En outre, elle se présente comme un outil supplémentaire à disposition de la Ville pour lutter contre la délinquance et propose une réponse rapide et exemplaire à des infractions commises sur des biens communaux. Plus largement, la transaction favorise un partenariat avec l'autorité judiciaire et marque l'engagement réel de la collectivité en faveur de la résorption de l'insécurité de proximité.

les nombreuses actions de prévention conduites en faveur de la jeunesse, l'éducation et la citoyenneté

  • réalisation en amont d'un Diagnostic territorial de sécurité et de prévention ;
  • création d'une direction municipale Enfance Jeunesse en 2013 pour donner davantage de cohérence et de lisibilité aux actions préalablement engagées. Elle travaille en partenariat avec l'ensemble des acteurs impliqués dans l'action envers la jeunesse, les associations, la police municipale, et les services institutionnels dédiés ;
  • depuis 12 ans, plus de 1000 jeunes ont travaillé à nettoyer les rues, ramasser les déchets ou effacer le tags lors des opérations « Printemps et été jeunes » ;
  • une maison de quartier a été construite (trois maisons de quartier existent sur la ville) ;
  • un « chantier école de la deuxième chance » forme, sur le site de Rogé, les jeunes qui veulent apprendre un métier du bâtiment ;
  • une association d'éducateurs de rue travaille en liaison avec la municipalité ;
  • les animateurs des Maisons des jeunes reçoivent une formation spécifique à la médiation (missions d'animation et de proximité : être à l'écoute, orienter et accompagner les jeunes auprès des partenaires sociaux, créer et développer un réseau, permettre l'émergence de projets portés par les jeunes, et les accompagner dans la réalisation).

Un bilan pour l'avenir