Une ville solidaire

L'accueil de la petite enfance : un engagement fort

Depuis 2001, nous avons développé une politique ambitieuse en faveur de l'accueil de la petite enfance, avec la volonté de répondre au plus près aux besoins des familles et d'offrir un service performant et de qualité pour l'épanouissement des tout-petits.

Au cours des deux derniers mandats, deux rénovations d'équipements conséquentes ont été conduites par la municipalité : la rénovation des crèches Saint-Etienne (2004 puis 2010) et Darfeuille (2009) et une maison de la Petite enfance a été construite (2005 pour un montant total de 540 000 euros).


Aujourd'hui, Villeneuve-sur-Lot est la ville du département qui offre la plus grande capacité d'accueil en nombre de lits (par rapport au nombre d'habitants) : en dix ans, plus d' 1 million d'euros aura été consacré à cet investissement. Notre ville compte sur le territoire communal cinq structures dédiées à la petite Enfance : la halte-garderie « Les petits mômes » (maison de la Petite Enfance) : 25 places, les crèches Darfeuille (62 places) et Saint-Etienne (60 places), le Relais d'Assistantes Maternelles et « la Parent'Aise », lieu d'accueil parents-enfants (une centaine de contacts ont été relevés en 2013 sur cette structure).

Les actions en faveur de la petite enfance ont d'abord été mises en œuvre par la commune de Villeneuve puis par la Communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois, en charge de la compétence liée à la politique Petite enfance depuis septembre 2011. L'analyse approfondie des besoins et de l'offre existante oriente la politique d'accueil de la petite enfance vers l'établissement d'une réelle équité territoriale. Ainsi, l'offre d'accueil passe par un maillage du territoire afin de permettre à chaque famille du Grand Villeneuvois de disposer d’une crèche près de son lieu d’habitation. Pour développer et améliorer l'accueil de la petite enfance sur tout le Villeneuvois, les élus communautaires travaillent à favoriser et à encourager la création et la diversification des lieux d'accueil, la socialisation des jeunes enfants et la prévention des inégalités et des exclusions. Actuellement, 78 % des demandes d'accueil sont satisfaites et les autres demandes sont orientées vers les Relais d'assistantes maternelles, véritables lieux d'accompagnement dédiés aux assistantes maternelles, aux enfants et aux parents. Par ailleurs engagée dans une démarche de développement durable, la CAGV, dans le cadre de son Agenda 21, a mis en place différentes actions dédiées au respect de l'environnement et des économies d'énergie au sein des structures d'accueil. Ainsi, le tri des déchets est effectué au sein des structures, pour initier les enfants à cet indispensable action écologique. Un compost dans l'enceinte des deux crèches de Villeneuve-sur-Lot permet de gérer au mieux les déchets organiques. La restauration est assurée par des cuisiniers diplômés et les fruits et légumes proviennent de l'agriculture biologique locale afin d'assurer aux enfants une alimentation plus saine et équilibrée.

L'action sociale : les âges de la vie

Le Centre communal d'action sociale (CCAS), présidé de droit par le maire, est l'outil incontournable de l'action sociale. Depuis 2001, l'équipe municipale met un point d'honneur à faire du CCAS un outil en cohésion avec la politique municipale de solidarité.
Ses missions sont multiples : lutte contre l'exclusion, prévention et animation pour les personnes âgées, soutien aux personnes en situation de handicap, petite enfance (transférée depuis 2010 à la CAGV), soutien au logement et à l'hébergement, gestion des équipements sociaux publics, soutien technique et financier à des actions sociales d'intérêt communal, instruction des demandes d'aides (RSA, CMU et APA, etc.) et transmission aux autorités compétentes, aides diverses : secours d'urgence, prêt sans intérêt, bons alimentaires, chèque d'accompagnement personnalisé, aide aux transports.
En 2010, un Pole sénior a été créé au sein du CCAS afin de prendre en charge de manière professionnelle le suivi et l'accompagnement social des personnes âgées en situation d'isolement et de fragilité économique.

Ces dernières années, des politiques ambitieuses ont été développées et élus et professionnels ont travaillé à la mise en place d'une véritable stratégie de développement social. Le travail quotidien conduit en réseau et en partenariat avec les différents acteurs et structures présentes sur le territoire s'est traduit par la création d'un Comité Solidarité composé de tous les acteurs associatifs ou institutionnels, le développement des actions de solidarité, la mise en place d'actions concrètes aidant les personnes fragiles dans leur vie quotidienne (information, formation) et le développement de projets culturels.

Place aux aînés

La politique du CCAS que nous avons mise en place en direction des aînés est axée principalement sur la lutte contre la dépendance. Afin de permettre aux personnes âgées de conserver leur autonomie le plus longtemps possible, des services de proximité, notamment de restauration et de transport, ont été développés.

"La table du CCAS"

"La table du CCAS" est un restaurant destiné exclusivement aux personnes âgées. Entièrement rénové en 2012, cet investissement égal à 200 000 euros permet aux personnes âgées de venir prendre leur repas le midi, en centre-ville avec la mise à disposition d'un bus dédié. Ce service de proximité permet de nouer des contacts, de rompre la solitude, mais aussi d'avoir accès à une cuisine de qualité à un prix réduit. 80 à 90 personnes déjeunent quotidiennement au foyer restaurant.

Un nouveau bus pour le transport de nos aînés

En 2010, un nouveau bus a été acheté pour assurer confortablement et en toute sécurité le transport les personnes âgées de leur domicile à la table du CCAS ou à la Maison des aînés. Cet investissement de 75 000 euros a bénéficié d'une subvention parlementaire égale à 25 000 euros.

Le portage de plateaux repas

Il permet à 150 Villeneuvois isolés de bénéficier d'un repas, livrés par la commune, à leur domicile, du lundi au vendredi. Au-delà de la simple livraison d'un repas, ce service contribue au maintien du lien social, que le personnel s'efforce de maintenir.

La lutte contre l'isolement

Le CCAS offre aussi aux personnes âgées la possibilité d'être visitées en cas de forte chaleur ou de grand froid. Il suffit pour cela de se signaler au service.

Le CLIC

Le Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC), qui vient d’ouvrir ses portes, sera une aide précieuse pour les seniors. Financé par le Conseil général avec le soutien de la Municipalité, le CLIC s‘est donné pour objectif d’accompagner les seniors dans le bien vieillir et le vieillir libre. En effet, grâce à l’équipe pluridisciplinaire de cette nouvelle structure, les personnes âgées sont désormais guidées dans les démarches en tout genre : trouver une maison de retraite, accéder aux aides, ou encore faciliter les services pour favoriser l’autonomie et le maintien à domicile.

La Maison des aînés

Construite en 2008 en remplacement du foyer Crochepierre, la Maison des Aînés se révèle être, depuis son ouverture en juin 2009, un formidable outil de lien social fréquenté chaque semaine par 500 personnes âgées. Ce projet est un des projets phares de la mandature dont les élus de l'actuelle majorité sont particulièrement fiers.
Informer, accueillir, orienter mais aussi distraire les anciens, la Maison des Aînés est un des moyens les plus efficaces pour favoriser les échanges et les rencontres et pour lutter contre l'isolement. Aujourd'hui, son importante fréquentation bénéficie au maintien des aînés dans un environnement social et actif. Située à proximité immédiate du parc François Mitterrand et de la Voie verte, elle ouvre le champ aux promenades et à la détente dans ces espaces verts que les seniors affectionnent.

L'extension de l'EHPAD

Accompagner le plus logntemps possible les personnes âgées pour maintenir à domicile les personnes âgées est notre ligne directrice. Lorsque cet accompagnement à domicile n'est plus possible, nous avons les moyens, dans notre ville, de proposer un accompagnement médicalisé. Ainsi, l'Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes procède actuellement à des travaux d'agrandissement de sa structure pour répondre à des besoins importants dans le Villeneuvois. En cohérence avec le schéma gérontologique départemental, ce sont 50 lits d'hébergement permanent, 6 lits d'hébergement temporaire, et 15 places en accueil de jour qui seront créés, soit 71 lits qui s'ajouteront à la capacité d'accueil existante de 160 places.

"Ville amie des aînés"

Face aux défis du vieillissement, qui ont un impact sur tous les aspects de la société, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé un réseau destiné à rassembler les villes qui prennent en compte cette dimension essentielle. En juin 2012, Villeneuve-sur-Lot obtient le label de l'OMS "Ville amie des aînés", récompense soulignant la qualité de la politique conduite pour améliorer la qualité de vie des aînés. Bien plus qu'une simple certification, cette distinction vient récompenser une politique de qualité, toujours plus ambitieuse en faveur du troisième âge et inscrit la ville dans un réseau d'échange entre villes labellisées. Pour conserver ce label, certains critères doivent être respectés. Ainsi, la ville de Villeneuve-sur-Lot doit continuer à développer ses actions en direction du grand âge, avec le même objectif : favoriser le bien-être des personnes âgées dans un cadre de vie en constante amélioration.

Handicap : accessibilité et emploi

L'accessibilité

Considéré comme un enjeu majeur pour aider les personnes à mobilité réduite (PMR) à mieux vivre leur quotidien, une importante réflexion a été mise en œuvre dans une démarche de concertation. L'amélioration de l'accessibilité des bâtiments publics et les aménagements effectués sur la voirie contribuent chaque jour à permettre aux personnes à mobilité réduite d'utiliser, comme les autres, les équipements culturels et de loisirs.

La commission extra-municipale « Pour une ville accessible à tous »

Créée et mise en place en 2002 par la municipalité, cette commission est composée de membres d'associations villeneuvoises, de personnes de la société civile et d'élus. Elle a pour objectifs de favoriser la consultation, la réflexion et surtout la prise de décision pour répondre efficacement aux besoins des citoyens - en particulier de ceux en autonomie réduite - en matière de déplacements.
Régulièrement, la Commission se rend sur le terrain et passe en revue différentes zones de la bastide. Elle pointe les dysfonctionnements repérés et, dans la mesure du possible, équipe, transforme, rectifie la voirie.
Depuis sa création, elle a permis entre autres, la création de rampes d'accès à certains bâtiments (structures petite enfance, théâtre, écoles, passerelle du parc urbain), d'un monte-personnes (Centre culturel), de WC PMR (gare, centre-ville, stade, halle, etc.), de bateaux pour l'accès aux trottoirs, de passages piétons, de places de stationnement réservées aux personnes handicapés, de bandes podotactiles, mais aussi le déplacement de mobilier urbain (panneaux publicitaires ou de signalisation), de mise aux normes de portes d'entrées publiques, etc.

Retour sur les aménagements effectués pour tous les handicaps :

- en 2011, pour un montant de 12 000 euros hors pose, mise en place de dispositifs sonores aux feux tricolores pour assurer sécurité et autonomie aux personnes malvoyantes ou non-voyantes sur 12 feux du carrefour de la Porte de Paris, feux du carrefour de la rue de la Fraternité et de la rue de Penne (6 feux au total), feux du carrefour de la Tour de Pujols (12 feux tricolores).
Ce dispositif s'inscrit dans une réflexion globale sur le déplacement des malvoyants en faveur desquels de nombreuses bandes d'alerte podotactiles ont été installées, prévenant d'une chaussée à traverser.
  • Sur les parkings de l'hôtel de ville,16 places de parking ont été créées, réservées et matérialisées aux personnes à mobilité réduite (PMR), dont 5 permettant un accès à la mairie - par l'entrée destinée aux PMR. Les places restantes sont disséminées sur l'ensemble du site afin d'offrir plusieurs points de départ vers le centre-ville.
  • Le parvis de la place Sainte-Catherine a été refait intégralement en pavés sciés. Ces pavés ont la particularité d'offrir un état de surface plane, a contrario des pavés éclatés. Ils limitent ainsi les risques de chute liés aux affleurements des pavés. Dans le cadre de l'aménagement PMR, toutes les bordures de la zone ont été supprimées.
  • Rue des Frères Clavet : réfection complète de la rue avec création d'un plateau à l'intersection de la rue de la Fraternité. Le trottoir côté commerces, protégé par des potelets, est adapté aux normes PMR. Le plateau facilite les échanges PMR entre les deux rues et assure une liaison à hauteur constante des trottoirs.
  • Lotissement des Cités Unies : réfection complète des trottoirs et de la voirie dans le cadre de l'intégration des lotissements. A cette occasion, quatre traversées piétonnes, ainsi que les cheminements ont été réalisés suivant les normes PMR.
  • Toutes les rues récemment refaites de la bastide ne comportent plus aucun dénivelé rendant le déplacement chaotique (c'est le cas des rues Daubasse, du général Gouget, Notre-Dame, etc.). Dans les autres rues, certaines bordures ont dû être conservées pour permettre l'écoulement des eaux pluviales mais des bandes podotactiles ont été installées systématiquement.

Le forum Emploi handicap :

En organisant le forum Emploi handicap depuis 10 ans, la municipalité affirme son combat contre les préjugés et souhaite encourager les embauches des personnes handicapées.
Ce forum est chaque fois l'occasion de rappeler aux employeurs que 90% des travailleurs handicapés ne nécessitent pas d’aménagement de poste, 93% des entreprises sont satisfaites de leurs recrutements, 87% des salariés jugent la présence de leurs collègues handicapés enrichissante.
Permettre la rencontre, mettre en évidence les compétences et la motivation de chacun avant le dépôt de CV qui aboutira pour certains à des embauches, c'est chaque année l'objectif du Forum Emploi-handicap. En 2012, le salon a permis la recrutement de 20 personnes. En 2013, le Forum a accueilli 50 professionnels, 300 personnes en demande d'emploi et 22 structures partenariales. (Le nombre de recrutement favorisé par l'édition 2013 n'est pas encore connu).

Le logement aidé

Depuis quelques années, la municipalité a entrepris de redresser la barre en matière de logement aidé pour tenter de répondre au mieux à la demande et aux exigences de la loi SRU. Aujourd'hui, la Ville dispose d'un parc de 1000 logements aidés, soit 10 % de logements sociaux (le poucentage reste faible car dans la même période, les investisseurs privés ont conduit d'importantes opérations immobilières (jusqu'à 500 demandes de permis de construire).

De nombreux projets ont vu le jour. Les programmes principaux se sont inscrits dans une démarche de revitalisation des quartiers.

Parmi les plus emblématiques :
  • les logements des Tuileries de Montrose en 2006 (opération de "démolition-reconstruction" proposant 31 logements neufs, individuel ou semi-individuel) ;
  • Les Maraîchers (ilôt Contièges / allée Lamartine) en 2007 (opération de construction réhabilitation de 48 logements) ;
  • Georges Lecomte en 2006 : 20 maisons, proposant T2,T3 et T4 avec jardin et abri voiture ont été construites en lieu et place des baraques en carton indignes qui abritaient auparavant les habitants. Avec l'aménagement de cette rue et la construction de ces logements, c'est l'ensemble du quartier qui a été recomposé. Un quartier qui a bénéficié de la rénovation de la rue des Peupliers, de la maison de quartier René-Rieus ouverte en 2004, de la création du parc François Mitterrand et de la Maison de la Vie associative.
  • Résidence Les Silos : conduit par Habitalys, l'un des deux opérateurs publics du Lot-et-Garonne, ce projet de 77 logements a proposé un programme équilibré entre logements collectifs et logements individuels. Le parti pris architectural était clair : l'insertion dans le site sans le dénaturer, en composant avec le grand parc et le reste du tissu urbain, c'est-à-dire les habitations anciennes et la rue des Silos. Le résultat est là : constructions basses, cheminement piéton pour accéder facilement au parc François Mitterrand, façades lambrissées à l'image de la Maison de la Vie Associative. Pour permettre cette opération, la municipalité a cédé le terrain et effectué les démollitions nécessaires, a pris en charge l'assainissement de la rue des Silos et les aménagements de voirie. Associés à un projet plus vaste de réhabilitation urbaine, ces logements ont permis de recréer un vrai coeur de quartier.

Focus sur les réalisations effectuées entre 2008 et 2013 :

  • Léonard de Vinci – Habitalys : construction de 8 logements individuels (2008)
  • Galaup de Marès – Ciliopée : construction de 25 logements individuels (2008)
  • La Renaissance 1 et 2 (quartier de la gare) – Habitalys : construction de 32 logements collectifs (2008 et 2012)
  • Sarette – Logis 47 : construction de 48 logements socaiux (dont 25 maisons individuelles – 19 T3 et 6 T4) (2008 – 2009)
  • Résidence Les Silos : 77 logements (2009-2010)
  • Rue Sully – Habitalys : construction de 14 logements collectifs (2011)
  • Michel Ange – Habitalys : construction de 13 logements individuels (2012)
  • Lieudit Beauséjour – Ciliopée : 22 logements locatifs familiaux dont 14 T3 (de 65 m2) et 8 T4 (de 78 m2) (avril 2012)
  • Résidence Habitat jeunes (Foyer des jeunes travailleurs) – Aquitanys : 26 logements sur un terrain cédé par la Ville (automne 2013)
Composée de 26 logements meublés, cette nouvelle résidence permet d'héberger 28 jeunes en emploi, formation ou stage. Outre le logement à moindre coût, la résidence propose aux jeunes un véritable accompagnement dans l'acquisition de leur indépendance. Son implantation en plein centre-ville, à proximité des services et des commerces, est une nouvelle opportunité pour favoriser le dynamisme du centre-ville.

La santé

Lutter contre la désertification médicale et permettre aux Villeneuvois d'accéder à des soins de qualité font partie des priorités municipales. Deux projets d'envergure sont actuellement en cours : celui du pôle de Santé du Villeneuvois et de l'aménagement d'une maison pluridisciplinaire de santé sur le site des haras nationaux.

Le pôle de Santé

Le contrat de conception et de construction du futur Pôle de Santé du Villeneuvois au lieu dit Brignol-Romas date de l'été 2011. La phase concrète de construction de cet équipement majeur pouvait alors commencer. Ce projet, pilote pour la région, a pour originalité de réunir les compétences de l'hôpital et de la clinique au sein d'une nouvelle structure médicale, polyvalente et efficace, entièrement équipée aux normes en vigueur et adaptée aux besoins du bassin de vie du Villeneuvois et du Fumélois.

Pour ce chantier d'envergure, 130 millions d'euros ont été engagés dont 90 millions d'euros destinés à la seule construction. Conçu sur quatre niveaux avec deux étages, ce bâtiment de 13 520 m2 d'emprise au sol disposera d'un hall d'accueil commun redirigeant vers chaque structure.
D'une capacité de 373 lits, et doté d'équipements modernes, il proposera ainsi un service de santé de proximité de grande qualité, avec des pratiques médicales étendues.
Sauvé en septembre dernier grâce à nos interventions auprès de la ministre de la santé Marisol Touraine pour débloquer le financement bancaire, le chantier se poursuit selon le calendrier prévisionnel et sera terminé dans le courant de l'été 2014. Les premeirs patients devraient pouvoir être accueillis à partir du début de l'année 2015.
Ce projet essentiel, qui justifie notre mobilisation constante y compris auprès des plus hautes autorités de l'Etat, représente le seul moyen nous permettant de garantir sur le territoire du Villeneuvois une présence hospitalière moderne, de qualité, performante et susceptible d'attirer de nouveaux praticiens.

La Maison de santé

Un contrat local de santé, signé à l'automne 2013 entre l'agglomération et l'Agence Régionale de Santé, formalise l'engagement pris en faveur de la santé publique et l'organisation de l'offre de soin sur le territoire. Face au phénomène de désertification médicale et aux réticences des jeunes médecins à venir s'installer seuls en zone rurale, l'agglomération du Grand Villeneuvois a décidé d'agir. En partenariat avec le Conseil général et l'Etat, elle a créé un « pôle de Santé » prévoyant la création de maisons médicales pluridisciplinaires sur le territoire dont une à Villeneuve.

Une « Maison de Santé » sur le site des haras
La Maison de Santé Pluridisciplinaire de Villeneuve, dont les travaux ont débuté fin janvier, sera implantée au cœur même des Haras, dans un bâtiment existant mais réaménagé afin d'offrir des locaux adaptés au public et, bien entendu, aux professionnels de santé qui souhaitent s'y regrouper.
Six médecins généralistes ont d'ores et déjà confirmé leur installation, de même que 12 infirmiers, une orthophoniste, une psychomotricienne et une psychologue. Des partenaires sociaux et médico-sociaux devraient y être également hébergés, comme la Maison des Femmes, AIDES, Bulles d'R, Relais, l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie et le CLIC du Grand Villeneuvois, centre d'information, d'évaluation et d'orientation pour les personnes âgées de plus de 60 ans demeurant sur le bassin de vie Villeneuve-Fumel. Un projet innovant d'équithérapie devrait quant à lui y être développé par l’Institut Français d’Équitation qui gère les haras nationaux.

Un bilan pour l'avenir