Une ville durable, verte et fleurie

S’inscrire dans une démarche de développement durable

Depuis de nombreuses années, Villeneuve-sur-Lot a affirmé son engagement en matière de développement durable par la mise en oeuvre d'actions concrètes. Elle s'est notamment illustrée comme pionnière dans l'utilisation des huiles végétales pures (HVP). D'autres actions comme le respect des normes de Haute qualité environnementale (HQE) dans les constructions des bâtiments publics, l'éducation à l'environnement, la gestion différenciée des bords de routes et de trottoirs, le financement de bio-composteurs illustrent la politique conduite dans ce domaine.
Cet engagement se confirme par la mise en place d'un Agenda 21 local au niveau communautaire. Depuis 2006, de nombreuses actions se sont développées, poursuivant 3 objectifs : économiser, valoriser, engager.

Economiser, valoriser, engager

- Economiser grâce à un plan d'économies d'énergie à l'échelle du patrimoine communal (bâtiments, parcs et jardins), réalisé avec l'aide d'un technicien énergie, pour la réduction de la consommation d'électricité, du gaz naturel et de l'eau.

Des solutions alternatives et durables aux énergies fossiles ont été mises en place, dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, la Ville s'est engagée à réaliser des travaux adéquates sur les bâtiments neufs ou à rénover. Ainsi, une pompe à chaleur en géothermie a été installée lors de la construction de la maison de la vie associative (2006) et un poêle à granulé bois a été installé sur le site de Lascrozes (2010). Par ailleurs, des préconisations ont été proposées, et, en fonction de leur pertinence, programmées puis réalisées comme le remplacement de certains équipements thermiques (chaudière à basse condensation, système de chauffage) et électriques (ampoules basse consommation, éclairage public).

La municipalité s'est engagée à lutter contre le gaspillage de l'eau. Pour cela, les équipements d'extérieurs (jardinières à réserve d'eau) et d'intérieur (robinetterie) ont été modernisés et des plantations à faible consommation en eau sont prévilégiées. Une étude hydrogéologique conduite en 2009 a montré qu'il était possible de pratiquer des forages pour prélever l'eau et pour éviter une trop grande consommation. Ainsi, depuis 2010, l'arrosage du stade de Choisy s'effectue grâce à un forage.

Dans le but de rationaliser et optimiser les déplacements, la Ville s'est engagée depuis 2006 dans l'utilisation de l'Huile Végétale Pure comme carburant à titre expérimental sur une flotte de 12 véhicules. De manière à promouvoir les transports en commun écologiques et gratuits, une navette roulant à l'huile végétale pure a été mise en place sur un parcours allant du parc des expositions au centre-ville.

Le plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés (PDEDMA) approuvé en mars 2009 vise à diminuer la production des déchets et préconise le développement du compostage domestique ainsi qu'une forte sensibilisation auprès des citoyens, entreprises et administrations. Le centre ville est équipé de 20 bornes à déchets semi enterrées. La CAGV (Communauté d'Agglomération du Grand Villeneuvois) mène une action de promotion du compostage domestique diminuant les déchets à collecter et à traiter. Par ailleurs, le tri sélectif est mis en oeuvre au sein des services municipaux.

- Valoriser en orientant les actions vers un aménagement et un développement du territoire respectueux du développement durable et de la préservation du patrimoine : restauration des berges du Lot, intégration des espaces verts dans les aménagements de voirie, réfection de rues du centre-ville, mise en place d'une OPAH, mise en place d'un règlement local de publicité, Action Bastide. Tous ces projets visent en effet à développer le territoire avec pour objectif principal le respect de l'environnement.

- Engager la collectivité dans l'achat de produits d'entretien et de cuisines éco-responsables. Le choix du bio et l'approvisionnement chez les producteurs locaux sont plébiscités à Villeneuve pour la préparation des repas dans les restaurants scolaires. L'action municipale en la matière a d'ailleurs été récompensée par le très bon classement obtenu lors d'une enquête UFC « Que Choisir » : première place en Lot et Garonne, cinquième en Aquitaine avec une note de 16,5 /20.

La démarche  HQE (Haute Qualité environnementale)

La démarche HQE est une démarche globale qui concerne l’ensemble du secteur du bâtiment par l’intégration des principes du développement durable dans le bâti. Elle est applicable à la construction, à l’exploitation et à la rénovation des bâtiments, ainsi qu’à l’aménagement de quartiers. La démarche HQE est portée par le maître d’ouvrage qui fixe à l’équipe du projet les objectifs à atteindre avec leur niveau de priorité pour le bâtiment. Les objectifs environnementaux sont organisés en 14 cibles qui aident à la structuration de la démarche : gestion de l’énergie, gestion de l’eau, confort hygrothermique, etc. La démarche HQE vise ainsi la réalisation de bâtiments sains et confortables tout au long de leur vie tout en maîtrisant les impacts sur l’environnement.

Ainsi, la Maison de la Vie Associative et la Maison des Aînés ont été élaborées selon des critères de Haute Qualité Environnementale. Tout en proposant aux usagers un confort thermique de qualité, la pompe à chaleur géothermique de la MVA, le chauffage par aérothermie et les blocs monomurs de la Maison des Aînés limitent les émissions des gaz à effet de serre.

Le programme Ordi 2.0

Ce projet allie démarche écologique et utilité sociale. Il a été conçu pour faciliter l’équipement informatique des publics en difficulté. Il s’agit de la première filière nationale de collecte, de rénovation et de réutilisation des matériels informatiques. Afin de participer à ce dispositif, un atelier de recyclage de matériel informatique a été créé.

L'objectif : équiper à peu de frais ceux qui n'en ont pas les moyens
L'objectif est de favoriser l’accès aux TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) des publics défavorisés en leur permettant d’acquérir du matériel remis à niveau à moindre coût. Les ordinateurs reconditionnés dans le cadre des ateliers seront ainsi redistribués à des personnes, ou des associations, qui n'ont pas aujourd'hui les moyens de s'équiper.

Préservation des ressources : une deuxième vie pour l'informatique
Si Ordi 2.0 a pour objectif la réduction de la fracture numérique, ce projet s'inscrit aussi dans une démarche de qualité environnementale. Le reconditionnement permet un meilleur respect de l’environnement en réduisant, de fait, l’impact des DEEE (Déchets d'équipement électrique et électronique) et en économisant des ressources. En effet, la production d’un ordinateur reconditionné coûte infiniment moins cher en énergie que celle d’un ordinateur neuf. Elle ne nécessite aucun recours à des matières premières, ou de matériaux dangereux ou polluants et de plus, elle prolonge le cycle de vie de la machine.

Un cadre de vie agréable

L'ambition d'Action Bastide est de rendre son attractivité au centre-ville. Un des moyens principaux passe par l'amélioration du cadre de vie et le fleurissement. Esthétisme et développement durable ont accompagné le développement du fleurissement.


L’achat de plantes vivaces, notamment des rosiers, a été privilégié. Au lieu de planter chaque printemps une nouvelle fleur, il suffit de tailler et parfois même de diviser pour replanter ailleurs. En 2012, cette action s’est soldée par une économie d'environ 10 000 euros sur les achats. De même, la préservation de la ressource en eau est une priorité municipale. Des systèmes d'arrosage intégré permettant d'importantes économies d’eau ont été installés.
Ainsi, dans la bastide, la palette végétale s'est développée, diversifiée et surtout modernisée. Ce plan de végétalisation du cadre urbain est porté par plusieurs régies municipales, qui travaillent en collaboration, et oeuvrent pour conserver le label « ville fleurie ».

Les jardins et parcs urbains

La Roseraie : le Jardin des Secrets

Cette réalisation s’intègre plus largement dans le cadre de l’aménagement du pourtour de l’église Saint-Etienne, édifice culturel classé aux Monuments historiques. Les Bâtiments de France, après avoir donné leur aval sur la création de la roseraie, ont activement été associés à toutes les étapes de la réalisation.
D’un charme discret, la roseraie, baptisée le Jardin des Secrets, est protégée par un mur qui, apès traitement, a retrouvé son aspect originel en briquettes naturelles. Il compte 450 rosiers, de plus de 41 espèces différentes. Parmi les varités remarquables et protégées de ce nouveau jardin, on ne retiendra les noms que des roses Jeanne Moreau, Pierre de Ronsard, Jardin de Bagatelle ou encore Léonard de Vinci. Des arceaux en fer forgé ont été installés afin de soutenir les rosiers grimpants.
Le chantier, d’un coût global de 63 000 euros, a consisté en des travaux d’assainissement, la déconstruction des préfabriqués servant au catéchisme en accord les autorités paroissiales, la création de deux portails traditionnels en grille donnant sur l’extérieur pour permettre l’accès au jardin, la décrépitude du mur attenant l’église afin de retrouver la structure originelle en briques et pierres, le dépôt de 280 m3 de terre végétale, le traçage des allées recouvertes d’éclats de marbre, la création d’un réseau de près de 120 mètres de tuyaux pour l’arrosage intégré afin de limiter la perte en eau, la mise en forme du jardin avec plantations de 450 pieds de rosiers, la pose de pergolas dans l’esprit des jardins d’autrefois pour ombrager les allées et accueillir les espèces grimpantes, l’installation de six bancs et d’une fontaine d’agrément.

Le parc François Mitterrand

Depuis la fermeture de la liaison ferroviaire Agen-Villeneuve, toute la zone de la gare était en friche. Le quartier était propice à l’insécurité. Quelques silos désaffectés rappelaient une activité économique passée mais aucun projet n'avait vu le jour sous l'ancienne majorité. Dès son arrivée en 2001, notre équipe a travaillé à un projet de réhabilitation d’envergure. Des accords furent passés avec Réseau Ferré de France afin d'acquérir différentes parcelles et hangars. Environ 28 000 m2 ont ainsi été dégagés permettant d'imaginer un vrai projet de parc urbain en ville et de conduire une action territoriale de réhabilitation urbaine : les contours du Parc François Mitterrand étaient dessinés.

Les travaux commencent en février 2004, réalisés en parti par des entrepreneurs du Villeneuvois. Le parc est inauguré en septembre 2006. Ceci pour un total d'environ 9,2 millions d'euros. Réaménagement de l'ancien site, installation de la voirie, des plantations (147 arbres, 700 arbustes), réalisation de deux parkings, éclairage public, aire de jeux ou encore mobiliers urbains (bancs, corbeilles, « toutounets »...), les travaux furent menés tambour battant. Depuis 2006, ont été ajoutées une conciergerie et des caméras de vidéosurveillance, visant à assurer la sécurité des usagers. De même, un parcours de santé et une aire de jeux adaptée aux enfants handicapés furent inaugurés en 2013.

Projet structurant pour la ville, le parc contribue à changer l'image du quartier. Au-delà d'un fort impact environnemental, le projet a enclenché la réhabiltation de la rive gauche. En créant ce parc urbain raccordé à la Voie verte, la municipalité a souhaité répondre à plusieurs attentes : détente, plaisir, jeux, espace sportif, apprentissage.

La Voie verte

Réalisée, aménagée, gérée et valorisée par la CAGV, la Voie verte en Villeneuvois permet de sillonner une partie du territoire communautaire sur près de 9 km. Elle relie aujourd'hui quatre communes en site propre : Villeneuve-sur-Lot, Bias, Le Lédat et Casseneuil. Ainsi, piétons, cyclistes, amateurs de rollers peuvent découvrir les richesses patrimoniales, environnementales, artisanales et culturelles.
En 2008, 2,1 km qui composent la Voie ont été créés sur l'ancienne voie ferrée Villeneuve-sur-Lot/Sainte-Livrade, au départ de Villeneuve. En 2009, 2,6 km ont été créés sur l'ancienne voie ferrée Villeneuve-sur-Lot/Saint-Pastour, au départ de Casseneuil. Enfin en 2010, le tronçon central a été achevé, avec la création d'une piste en site propre le long du ruisseau de « La Masse » (cette opération a nécessité des acquisitions foncières).
Le revêtement de 2,50 m de large a été conçu en asphalte, de manière à accueillir les adeptes du roller. Une ligne médiane en pointillés verts est tracée, pour faciliter les croisements d'usagers. Des barrières, faciles à franchir à vélo, protègent les entrées de la Voie Verte. Un jalonnement des directions et des distances est donné par des bornes posées tous les 200m pour pouvoir mesurer ses efforts.

La Voie verte a été conçue pour accueillir tous les types d'usagers. De nombreux groupes scolaires ou accueils de loisirs la fréquentent ainsi que des randonneurs. De même, la CAGV avait pris soin de concerter les représentants des associations de personnes handicapées pour réfléchir à des aménagements spécifiques, comme des dalles pododactiles pour les non-voyants, ou des pentes faibles pour les personnes à mobilité réduite.
La Voie Verte a été aménagée dans le respect de l'environnement en cohérence avec les exigences de l'Agenda 21 local du Grand Villeneuvois et invite donc les usagers à respecter le cadre naturel par certaines règles de bonne conduite et par le biais de panneaux d'information.

Le site de Lascrozes

Sur 8 ha de terrain, à 7 kilomètres du centre-ville, le site de Lascrozes fait figure de réserve naturelle et présente un intérêt écologique de part la grande diversité de sa végétation. Elle compte de nombreuses variétés d'orchidées. On y trouve des espèces méditerranéennes comme le chêne vert, illustration de la diversité des influences climatiques dans le département. Le site, lieu de découverte de la flore et la faune, bénéficie d'une double classification : Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager (ZPPAUP) et Zone Natura 2000.
Propice aux loisirs et à la détente, la municipalité a poursuivi son aménagement : espace pique-nique (installation de tables, de bancs), d'une aire de jeux pour enfants (balançoires, portique, toboggan...) située sur la partie dégagée du plateau. La prairie sèche a été équipée d'un filet de volley, d'une table de ping-pong, de cages de foot et d'un boulodrome.

Un bilan pour l'avenir